Quelques jours en dehors de Metz ne peuvent faire de mal à personne.
Quand l'appel est qui plus est énigmatique, et qu'il provient d'une Libellule, autant dire qu'il ne se refuse pas.
Ainsi parti sur les chemins de la bohème, un nouveau séjour dans la capitale.
Ici Paname, assurez vous gniagnia dans le train, correspondance blabla tout ça. Bon, au moins, il arrive (presque) à l'heure le Détrousseur à Grande Vitesse.
Course contre la montre (perdue d'avance), appart, quatre étages, aller-retour, et direction une autre gare, plus chère à Napoléon.
Bref, je vous épargne les détails du métro-repos-dodo, on a quand même pris le temps de visiter et de faire les bons touristes.
Surtout niveau photos d'ailleurs. Ce n'est pas moi qui possède les pires loin de là, mais je pense que c'est un must. Tant mieux, ça nous a beaucoup fait rire. Et puis j'ai triché en prenant les clichés sur son appareil !
Enfin...
Heureusement qu'au milieu de la tristesse et de la pollution parisienne, il y a encore ce soupçon de magie qui fait que Paris est et restera encore quelques minutes Paris.

Première étincelle, et pas des moindres, voilà Popa Chubby, présent il y a peu sur les bords de la Moselle, qui débarque devant nous, longeant le Canal Saint Martin. Ni une, ni deux, mais tout fébrile tout de même (bah oui, c'est ma première star que je vois évadée de scène marcher comme vous et moi ne se souciant de rien dans la rue) j'empoigne l'appareil photo, et zou. Je remarque après coup qu'elles sont des plus lamentables. Mais bon, qu'importe, j'avais décidé d'être en mode "vacances" (qu'ils devraient rajouter sur les reflexes... Av, Tv, P, B et Va. un mode ultra simple qui fait des vraies photos de vacance!)

popa_chubby___1






























popa_chubby___2






























Heureusement qu'il a sensiblement toujours la même dégaine le Popa Chubby, vêtu de noir et bardé de tatouages, il serait nettement moins facile à reconnaître autrement...

Entre quelques moments délicats de grosses marrades d'une grâce agréable, je changeais le mode de la machine à fixer le temps pour saisir cette vue de coucher de soleil parisien (on se refait pas...)

Paris___juillet_09___1






























Et voilà le présent aussitôt fixé dans le passé, comme le disait si bien Henry Cartier-Bresson. Subtile transition pour vous inviter - vous poussez même à grands coups de sabots dans le...hum. bref- à aller à la Maison Européenne de la Photographie qui consacre en ce moment même une partie de ses expositions à une rétrospective de l'oeuvre du Cartier-Bresson en question, avec en prime, quelques uns de ses courts métrages. A voir également, l'exposition de Ferdinando Scianna, parfois proche du maître français dans ses photos reportages.

Poursuite de la visite et fin autour d'un concert (non, c'est sur, on ne se refait pas. mais alors pas du tout) proposé par le festival indétendances, sponsorisé et même proposé par vous allez bientôt reconnaître qui. La programmation est bonne celà dit. Parfois...
En tout cas, elle le fut ce soir là, puisque Mickey 3D occupait le devant de la scène. Une petite heure de concert, le temps de redécouvrir le bonhomme autour de son nouvel album dans une nouvelle dimension de voyages, coups de gueule et autres égarements délirants.
Trois petites photos pour tester le téléobjectif à son maximum, qui se révèle

d'ailleurs limité. Mais bon, j'assume, j'étais touriste, même pour le concert. Simple badaud venu écouter de la musique, et passer un bon moment. Une petite pensée pour cet homme à l'autre bout de la place de l'hotel de ville où se déroulait le concert, armé d'un escabeau, reflex haut de gamme et objectif type 50-500 sur pied.
Une autre façon d'aborder la photo de concert, assurément !

Mickey_3_D___Paris___1



















avec un peu d'imagination, on croirait presque qu'il fixe l'objectif...ahah...

Mickey_3_D___Paris___2









là, ça ressemble plutôt à la question qui fâche lors d'une rencontre avec la presse...

Mickey_3_D___Paris___3






























Ah oui, pour finir, le lendemain, nous avons eu le droit et même la chance d'assister au tournage d'un :
[rayez les mentions inutiles]
- court métrage
- moyen métrage
- long métrage
- d'un réalisateur connu
- d'un réalisateur inconnu
- avec des acteurs connus
- avec des acteurs inconnus

sur les quais de canal Saint-Martin. Une très belle ambiance et des couleurs d'ombre et d'or. Je n'avais pas mon appareil ce soir là, contrairement à Mademoiselle qui a réalisé de jolies photos. Peut-être un extrait à l'occasion !