Dès 20h30, le coup d’envoi est lancé par Roberdam, régional de l’étape. Créateur des Ravid’Vous’Voir et des festifs Garçons-Trottoirs, Damien Robert revient ici en « solo », accompagné par un trio de musiciens.  

 

    Bien loin de ces précédents groupes, l’unique point commun pourrait être le côté chanson française. L’ensemble des textes sont tournés vers les sentiments, amour en tête, dans un parfum tantôt léger, tantôt mélancolique. Il s’accompagne à la guitare, entouré d’un clarinettiste et d’un contrebassiste, appuyé par un batteur.

roberdam_7












L’ensemble est de bonne facture bien que franchement peu révolutionnaire. La composition des morceaux n’est pas non plus des plus folichonne, voyant souvent revenir un refrain fait de quelques mots, répétés et re-répétés parfois à outrance. Le public semble apprécier l’ambiance distillée par le trentenaire, plus posé et réfléchi que lors de ses vertes années musicales hautement plus agitées.

La fin se révèle assez drôle, puisque, pour les besoins - parait-il - d'un film, l'ensemble du public est enrolé comme figurant dans...un concert - tiens donc -, avec, comme héro principal Roberdam. Celui-ci se fait descendre sur scène dans une mise en scène digne de la série Z, le tout se révélant sympathique. Histoire de finir sur une bonne note.

roberdam_1



























roberdam_2





























roberdam_3





































roberdam_5





























roberdam_6





























roberdam_4